La cerisaie 8, 9 , 13, 14 décembre aux 13 vents

S’accroche souvent à La Cerisaie, dernière pièce de Tchekhov, une charge crépusculaire. Il est vrai qu’elle s’écrit à la charnière de deux mondes : la perte et le deuil y ont toute leur place, la maison de l’enfance finira par être vendue, les cerisiers abattus. Pour autant, il ne faut pas oublier la haine de Tchekhov pour la longue agonie de la Russie tsariste : à cette lumière, en la libérant de sa gangue passéiste, on peut redonner à cette pièce sa force d’action, d’intervention cruelle et lucide sur le cours de l’histoire.

Plus de détails.

    Publicité

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s